Fédération des Industries Mécaniques est heureuse de soutenir La Bibliothèque des Usages

Le Cabinet UGGC & Associés est heureux de soutenir La Bibliothèque des Usages du Centre du Droit de l'Entreprise de Montpellier

La Faculté de Droit et de Science Politique de Montpellier soutient l'Institut des Usages

L'Ordre des Avocats de Montpellier est heureux de soutenir la Bibliothèque des Usages

La CCI de l'Hérault soutient la Bibliothèque des Usages, pour une clarification juridique et le développement économique des territoires

Spécialiste en Droit des Affaires - Société d'Avocats VINCKEL Montpellier est heureux de soutenir La Bibliothèque des Usages

HOCHE SOCIÉTÉ D'AVOCATS 106 rue de la Boétie, 75 008 Paris Des avocats au service des entreprises

La Société Système U - Centrale Région Sud est heureuse de soutenir La Bibliothèque des Usages

Le Cabinet d'avocats Cleary Gottlieb Steen & Hamilton LLP est heureux de soutenir Le Centre du Droit de l'Entreprise de la Faculté de Droit de Montpellier

Partenaire de la performance LEXIS NEXIS est heureux de soutenir La Bibliotheque des Usages

Le Cabinet d'avocats MONTI & Associés est heureux de soutenir Le Centre du Droit de l'Entreprise

Le Cabinet Lebray & Associés est heureux de soutenir Le Centre du Droit de l'Entreprise de Montpellier

L'Ordre des Avocats de Carcassonne est heureux de soutenir L'Institut des Usages

ALERTE JUILLET 2017 : Usages et harcèlement

Usages et harcèlement
CA Versailles, 22 juin 2017 (nº 15/01402)

La lourdeur du dispositif législatif encadrant la relation de travail n'exclut pas l'application de solutions issues des usages, comme l'illustre une décision rendue par la cour d'appel de Versailles le 22 juin 2017.

Un salarié travaillant au sein du département des affaires juridiques d'une société contestait son licenciement et prétendait avoir subi des agissements de harcèlement moral de la part de son employeur pendant l'exécution de son contrat de travail. Il reprochait notamment à l'employeur une "surveillance" de ses publications dans des revues juridiques, ce dernier lui ayant demandé de lui soumettre préalablement les articles qu'il écrivait en mentionnant son titre professionnel.

Les juges estiment cependant qu'il est d'usage constant que "lorsqu'un salarié publie un article dans une revue spécialisée en faisant mention de son titre professionnel, il doit, à titre préalable, soumettre cet article à son supérieur hiérarchique dans la mesure où la signature accompagnée du titre implique aux yeux des tiers que la société partage la thèse développée par le salarié". Le rappel de cette règle au salarié qui s'en était affranchi ne pouvait dès lors constituer un fait s'apparentant à un harcèlement moral.

La solution ne surprend pas dans la mesure où le lien de subordination permet de manière générale d'encadrer la liberté de création ou d'expression du salarié. Elle est originale en ce sens que ce sont les usages et non la loi qui expriment cette application particulière de la subordination.